Partir vivre en Martinique 1/3

L’organisation avant le départ

Petit récapitulatif de ma vie pour contextualiser l’article qui va suivre.

Spoiler : cet article sera un peu différent de ce que je fais d’habitude. Je vais juste vous raconter un peu ma vie, d’une part pour rendre plus compréhensibles mes futurs articles ; d’autre part, parce que j’ai envie de raconter comment en quelques semaines mon quotidien va changer du tout au tout.

En 2018, avec Antoine (mon copain), nous partons à l’aventure en Asie. Au bout de quatre mois, nous voilà pieds à terre en Nouvelle-Calédonie pour tenter d’y vivre. L’expérience est enrichissante et incroyable. Pour résumer, nous en retiendrons deux choses : – sortir de son appartement, traverser la rue, mettre son masque et admirer les poissons clowns c’est le top (true story) – la vie est très trop chère, surtout lorsqu’on débarque à l’arrache comme nous, sans contrat de travail.

A la fin de l’été 2019, nous retournons en métropole. Pendant cette nouvelle année, Antoine jongle entre le concours des Douanes & un boulot. De mon côté, je me forme en tant que pâtissière.

Un an plus tard, Antoine entre à l’école des Douanes pour quelques mois et je suis diplômée. C’est à ce moment là que notre avenir va commencer à se dessiner. La Douane étant une administration de l’État, les agents sont mutés en fonction des postes à pourvoir et ce, partout où le besoin est présent. Mi-septembre, la carte des mutations tombe et nous constatons avec surprise qu’il y a plusieurs postes dans les Alpes. Nous sommes bien tentés par le coin, on se voit très bien vivre entre les lac et les montagnes ! Ah oui, il y a bien des postes en Martinique mais bon, pour choisir les meilleures places il faut arriver dans les premiers du classement en sortie d’école alors on ne se fait pas trop d’idée…

C’est à cet instant précis que le titre de l’article prend tout son sens.

Le 17 septembre, tout bascule. Antoine apprend que les postes en Martinique sont à pourvoir sur lettre de motivation. Lettre qu’il faut rendre dans cinq jours au plus tard… On prend deux jours pour réfléchir, puis finalement la rédaction est entamée. Tout rêve de montagnes et de lacs enneigés disparaît au profit de la chaleur des Antilles et des plongées sous-marine !

Anse l’étang

Le 28 septembre, Antoine passe à l’oral pour motiver sa demande de mutation sur le territoire martiniquais. Les candidats sont au nombre de sept pour quatre postes disponibles. Comment vous dire que les deux jours dans l’attente des résultats furent interminables.

Antoine, 1er octobre 2020 : ‘Prépare ton maillot de bain, on part en Martinique’ ! OMG. A partir de ce moment, il nous reste exactement 36 jours à passer en métropole.

Les hostilités commencent. En un mois, il nous faut trouver un transporteur maritime, déménager cartons et voiture, trouver un logement et une voiture en Martinique, gérer toutes les résiliations etc… et jongler avec notre vie à côté. Je l’annonce, ça va être sport… mais nous allons partir vivre en Martinique !!! (je ne réalise pas encore tout à fait)

Le 9 octobre, un transporteur maritime nous contacte suite à ma demande de devis. Je vous avoue que nous n’y connaissons rien du tout et comme le temps presse, on ne se pose pas trop de questions. Le courant passe avec le commercial, donc on accepte que sa société s’occupe de notre déménagement outre-mer. Apparemment, le timing est serré donc il faut être efficace. La semaine qui suit est consacré à regrouper les documents nécessaires et surtout à mettre à jour la carte grise du véhicule (chez nous les frais supplémentaires au meilleur moment, c’est plus qu’une passion, c’est un art de vivre).

Breeeeeeeeeef, le 16 octobre, nous rencontrons le commercial, il nous fait signer les papiers, empoche les chèques à quatre chiffres (aïe) et nous donne les cartons. A partir de ce moment là, nous avons jusqu’au dimanche soir pour emballer toutes nos affaires… c’est parti !

Le 19 octobre, à 1h30 du matin : tous les cartons sont regroupés dans le salon, c’est terminé. Je ne sais pas combien de fois nous avons fait le tour de l’appartement pour vérifier que nous n’avions rien oublié… ce stress !

Le 19 octobre, à 8h30, les déménageurs viennent récupérer nos 32 cartons. Le même jour, à 13h, je pars pour Carquefou (5h de route aller-retour, on adore) déposer la voiture à l’entrepôt de la société et signer les derniers documents. Pour ne pas rentrer en courant sur 150 km, mes grands-parents ont accepté de faire le trajet avec moi pour me ramener, merci à eux. Toutes nos affaires sont désormais en container direction Fort-de-France.

Pendant ce temps là, les billets de train jusqu’à Paris, la chambre d’hôtel proche d’Orly et les billets d’avions sont enfin réservés ! Vivement le jour où il existera des vols La Rochelle – Fort-de-France (que c’est beau de rêver).

J-14 avant notre départ pour l’île aux fleurs. A l’heure actuelle nous n’avons ni appartement ni voiture sur place, ni valises pour le trajet, mais tout va bien, ça va aller ahah !

En attendant de vivre en Martinique, terre du rhum (l’alcoolique en moi s’exprime) je termine mon chocolat chaud car la réalité ici est plus rude ! J’ai bien hâte de troquer mon superbe pilou-pilou pingouin (oui je porte ça, oui, pas de jugement merci) contre mon (que dis-je !) MES maillots de bain 😀

A très vite pour la suite de nos aventures 😉

Bisous chocolatés,

Elisa


Une réflexion sur “Partir vivre en Martinique 1/3

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s