Trek dans les Annapurnas

Lors de notre voyage au Népal, Antoine et moi avons décidé de réaliser un trek. Mais un trek c’est quoi ? De manière très simple, il s’agit d’une randonnée pédestre de longue distance en milieu naturel (montagne ou forêt, ou les deux).

Le Népal est réputé pour être LE pays du trek, impossible de passer au travers. Cependant, nous ne pouvions pas préparer un trek comme on prépare une plage. Il faut être bien équipé, psychologiquement apte mais surtout physiquement capable.

20181016_071619
Faire un trek pour avoir cette vue de bon matin !

Avant de nous lancer dans l’aventure, nous avons dû envisager l’option du guide. Alors pour ou contre ? Au travers de nos recherches (surtout celles d’Antoine pour être franche) nous avons finalement tranchés en faveur du pour. La principale raison fût notre niveau d’expérience proche de zéro. Nous n’avions jamais rien fait de similaire, et nous étions incapables de savoir quel parcours choisir… Ensuite, le mal des montagnes, qui n’est pas si rare, peut être difficile à gérer sans guide. D’autre part, nous ne nous voyions pas transporter pendant plusieurs jours nos sacs de 9kg.

Les présentations faites, passons aux choses sérieuses. Je vais d’abord vous présenter l’agence de trek que l’on a choisi et le tour organisé pour nous. Ensuite je vous détaillerai notre ressenti, nos coups de cœur… avec quelques photos de paysages ! Pour finir, je ferai un bilan général sur ce trek.

PREMIÈRE PARTIE : Une agence et un tour organisé

Avant même notre départ pour l’Asie, Antoine a contacté Kusang de l’agence ‘Panorama Himalaya Trekking’. Kusang -à la tête de l’agence- parle très bien le français, comme la majorité des guides de son équipe. La communication facilitée, nous avons pu convenir d’un circuit adapté à notre niveau et notre budget.

* 10 jours tout compris : transports, logements à Pokhara, lodges en montagne, thés et trois repas par jour.

* 1 guide francophone et 1 porteur-guide anglophone rien que pour nous.

* 1400 euros pour deux.

20181011_174128
Pokhara, le point de départ du trek

Le circuit prévu :

1er jour → départ de Katmandou à Pokhara : 10h de bus pour faire 200km…

2ème jour → départ de Pokhara à Ghandruk en Jeep, et début du trek de Ghandruk à Tadapani : 3h de secousse puis 3h de marche (500m de dénivelé positif).

3ème jour → marche de Tadapani à Dobato : 3h de marche (700m de dénivelé positif).

4ème jour → marche de Dobato à Chistibang : 4h de marche (400m de dénivelé négatif).

5ème jour → départ de Chistibang à Kopra (3700m d’altitude) : 2h30 de marche (700m de dénivelé positif).

6ème jour → départ de Kopra à Swanta : 4h de marche (900m de dénivelé négatif).

7ème jour → départ de Swanta à Goripani : 2h de marche (400m de dénivelé positif).

8ème jour → départ de Goripani à Bothanti : 2h30 (1000m de dénivelé négatif).

9ème jour → départ de Bothanti à Birethani : 3h de marche (900m de dénivelé négatif).

10ème jour → départ de Birethani à Pokhara : 1h30 de secousse.

Le circuit en photo : (les plus jolies photos défilent ici, soyez patients, il y a même des dossiers…)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Présentation de notre fine équipe…  :

Durant ces 10 jours, nous serons accompagnés par Mingma et Tsunda. Sans eux, le trek aurait été fade à mon avis. Mingma est officiellement notre guide francophone de 25 ans tandis que Tsunda ne l’est qu’officieusement, car ce sera avant tout notre porteur. Nos deux guides ont été parfaits tout au long du trek. Leur gentillesse et leur serviabilité étaient telles que cela nous mettaient parfois mal à l’aise ! En tout cas, ces garçons nous auront bien fait rigoler, Tsunda avec ses chansons et Mingma avec ses petits commentaires en français 🙂

20181017_130448
De gauche à droite : Moi, Mingma, Antoine, Tsunda

… Et de l’équipement :

Pour ce qui est de notre équipement, nous n’avions RIEN (sauf des chaussures adéquat). Nous avons donc loués à l’agence des sacs de couchages bien épais, puis nous avons du acheter le reste. Le reste c’est une doudoune et un legging. Si nous n’avons finalement trouvé que peu d’utilité à la doudoune, les gants en revanche m’ont manqué… En réalité tout ceci est très utile le soir dans les lodges à plus de 2500m car ils sont souvent dépourvus d’isolation et de chauffage dans les chambres (mur en tôle ou en bois seulement).

PREUVE A L’APPUI

20181013_204611
Le nez rouge, dans le sac rouge

DEUXIEME PARTIE : Le déroulé du trek au fil des jours et des lodges.

Le trek c’est 8 jours dans la montagne, 25h30 de marche, plusieurs nuits trop fraîches, des rencontres marquantes, des douches froides (et pas tous les jours), mais surtout des paysages à couper le souffle. Néanmoins il est difficile de retranscrire ce que l’on a pu vivre ou ressentir par écrit.

Ainsi, voici une journée type pendant notre trek : debout vers 6h pour le petit-déjeuner (pain tibétain, pancakes à la banane, ou muesli) ; matinée consacrée à la marche, avec des pauses thés (pour notre grand bonheur) ; un repas toujours composé de pâte ou de riz (et toujours végé !) ; repos toute l’après-midi avec au programme de la lecture, de l’écriture et des jeux de cartes ; parfois une douche (s’il y en avait et s’il y avait de l’eau chaude) ; soirée autour du poêle dans la salle commune avant de nous coucher vers 20h dans notre petite chambre (chaque jour réservée avec amour par nos guides).

Comme on peut le constater, 6h – 20h est un rythme de vieux particulier. Finalement, il faut vivre avec le soleil et s’adapter pour ne pas marcher quand il fait trop chaud ou trop froid. Ainsi nous nous levions tôt pour pouvoir profiter de la matinée dans la nature et nous arrivions au prochain lodge entre 11h et 14h. Le temps restant nous ne faisions rien du tout. REPOS. En effet, le trek c’est de la marche mais c’est aussi surtout apprendre à ne rien faire. Pour nous occuper nous lisions beaucoup et nous dormions. Seulement le soir venait le moment de jouer au carte, seul ou avec nos guides, avant de nous glisser dans nos duvets. La salle commune en soirée est un endroit très sympa, rempli de touristes népalais qui chantent autour du poêle.

Le trek, concrètement : Le premier jour fût surement le plus intense, avec une météo capricieuse et des marches tout au long du chemin. Mais au fur et à mesure, le temps était plus clément et il devenait agréable de marcher à la fraîche. De plus, la vue sur les montagnes au petit matin était magnifique. Chaque jour nous traversions des paysages alternant entre forêts et montagnes. Nous prenions régulièrement des pauses, pour boire un thé chaud ou un citron chaud (hot lemon), pour notre plus grand plaisir 🙂

Alerte anecdote : Les montées sont moins dangereuses et difficiles que les descentes, pour deux raisons → d’une part, après deux ou trois jours de souffrance nous n’avions plus de cuisses à force de grimper les marches, mais l’on a découvert la joie des bâtons. Ainsi, les jours de montées ont été ‘appréciés’ / d’autre part, j’ai failli me faire des entorses à chaque descente et à deux reprises, à cause du terrain glissant, je me suis retrouvées sur les fesses… Vous ne détesterez plus les montées ! 

Finalement, si les paysages contribuent largement au plaisir du trek, les rencontres l’agrémente de la meilleure des façons. Quelques rencontres qui nous ont marqué :

La famille de Tadapani : « Il était une fois, une famille népalaise tenant un petit lodge dans les montagnes. Par un beau jour d’octobre, deux guides et deux touristes frappèrent à leur porte. Heureux d’avoir de la compagnie, la famille les accueillit chaleureusement, et les admis à passer la nuit dans leur maison. Désormais tous réunis autour du poêle, la maitresse des lieux leur offrît un morceau de yack séché -tout juste tué de le veille. Ravis, les jeunes touristes français n’en laissèrent pas une miette. Pendant ce temps-là, quatre petites filles jouaient ensemble ou parfois même avec les téléphones portables des invités. Douées de leurs mains, elles réussirent à supprimer un fichier vidéo ! Au cours de la soirée, elles se mirent à chanter, à dessiner et à écrire leur alphabet entourées des deux français. Voici un moment qu’ils ne seront pas prêt d’oublier ».

20181013_160135
La famille, les guides, le poêle, et le yack qui sèche.

Les quatre copines : Lors d’un arrêt pour déjeuner, nous avons rencontré quatre françaises d’une cinquantaine d’années. Adorables et folles. Nous n’avons alors échangé que quelques mots, mais nous nous sommes recroisés à plusieurs reprises les jours suivants. Nous avons appris qu’elles venaient fêter l’anniversaire de l’une d’elle avec pour but de battre leur records d’altitude en allant jusqu’au 4000m du lac de Kopra ! Un bien bel objectif 🙂

L’allemande : Alors que l’on jouait aux cartes avec Mingma et Tsunda, une femme nous rejoint. Elle vient d’Allemagne et voyage seule. Elle porte un intérêt certain pour notre jeu et aussi notre façon de jouer. Alors, nous l’accueillons dans la partie, et réussissons à expliquer les règles du Président à tous les joueurs 😉 S’en suivra de nombreuses parties de cartes tous ensemble, où l’on rigolera beaucoup !

TROISIEME PARTIE : Le bilan sur l’agence, le trek.

Tout d’abord, nous sommes très contents de notre expérience avec ‘Panorama Himalaya Trekking’, pour leurs guides, leur organisation et leur suivi. Cette chouette expérience ne nous fait pas regretter l’importante somme que nous avons dû débourser.

Nous n’avons rien eu à reprocher à nos deux guides, qui ont été parfaits du début à la fin, toujours au petit soin pour nous. Il en va de même pour l’agence en elle-même qui a tenu à venir nous chercher à notre arrivée au Népal alors même que le début de l’aventure n’était que trois jours plus tard. De plus, Kusang que nous n’avions pu rencontrer, nous a retrouvé quelques jours après le trek autour d’un verre pour débriefer sur ces dix jours en montagne.

20181014_092429
Le hot lemon, ça vous gagne ! (et ça vous réchauffe surtout)

L’expérience du trek en soi, nous a bien plu. Nous sommes revenus à Pokhara épuisés, mais heureux de l’avoir fait. Grâce à ces dix jours, nous avons fait de belles rencontres, goûté du yack séché, vu le soleil se lever sur la montagne, observé un troupeau de yack avec des petits, joué avec des petites filles népalaises, surpassé notre fatigue, découvert une culture différente…

20181016_085817

20181016_085534
Un beau bébé yack (avec de grandes cornes)

Humainement, physiquement et moralement c’était très enrichissant. Et oui, ça forge le caractère de devoir sortir en pleine nuit, par 5 degrés, dans le brouillard, avec lampe frontale et doudoune, pour aller faire ses besoins dans des toilettes à la turc !

20181013_153850
Toilet = porte ouvrant sur un trou dans le froid / Hot shower = porte verrouillée

Même si nous aurions pensé voir plus d’animaux (bien que ravis d’avoir croisé des lézards et des papillons) et des paysages plus divers, ce qui compte c’est d’avoir eu la chance de vivre tout cela et de le vivre bien entouré.

Merci,

Namaste,

Elisa


2 réflexions sur “Trek dans les Annapurnas

  1. Coucou les jeunes,
    Je viens de récupérer l’adresse du blog que j’avais oubliée !!
    Je me suis régalée à « feuilleter » les pages de ces quelques mois d’aventure. La petite Élisa a bien grandi et je suis heureuse de voir que tu profites à fond de la vie.
    Ta mère peut être fière de toi.
    Bisous à vous 2 et bonne continuation.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s