L’Inde, un mois après.

L’Inde est un immense pays de plus d’un milliard d’habitants, avec une superficie supérieure à 3 milliards de km2. Avec Antoine, nous nous étions fixés trois semaines pour parcourir le Rajasthan. Pour vous donner une idée, il y a autant d’habitant dans cette région que dans la France entière. C’est alors évident que ce que nous avons eu la chance de voir, n’est qu’une infime partie du pays. En aucun cas nos impressions ne reflètent la réalité de l’Inde. Je ne vais partager dans cet article que notre ressenti strictement personnel, sans que cela ne soit une généralité.

20181008_091827.jpg
Marché indien du XXIe siècle (siiii c’est vrai)

Les ‘chocs’ négatifs : l’envers du décors

1. La pollution. Autant atmosphérique, terrestre que sonore, la pollution est présente partout. Dès notre arrivée, nous observions depuis l’avion une épaisse couche brumeuse qui s’est avérée être une couche de pollution. Le ciel de New Delhi n’est jamais bleu. Mais ce n’est pas tout, la rue est une décharge et y jeter tout ce qui ne sert plus est une habitude. L’écologie ne va apparemment pas vraiment avec le développement…

20180925_103457.jpg
Les cochons dans une ruelle de déchets…

2. L’absence totale de code la route. Sur les routes, tout est permis. Il faut seulement  éviter d’heurter les vaches sacrées se promenant toujours sur la voie publique (que ce soit un chemin comme une autoroute). De plus, le nombre incroyable de moto rend la circulation encore plus dangereuse.

3. L’état physique des animaux. Les vaches, les chiens, les ânes, les cochons, tous n’ont que les os sur la peau et le regard vide. Les chiens sont errants, les cochons effrayés au moindre mouvement, les vaches se nourrissent dans les monticules de déchets.

20181002_103736.jpg
Un repas de vache !

4. Les mendiants. Que ce soit Paris ou Delhi, les mendiants il y en a partout. La seule grosse différence se trouve dans leur état de santé. Lorsqu’une personne mendie en Inde, il y a 80% (ce chiffre ne relève de rien de scientifique, juste de moi) de chance que celle-ci est au moins un membre en moins. Je ne compte pas le nombre de pauvres gens qui n’avaient plus de bras, plus de jambes ou encore ni l’un ni l’autre. La pauvreté est visible sur les trottoirs dans ce pays. Les enfants qui vivent dans les rues n’hésitent pas à vous coller aux baskets sur plusieurs mètres pour vous quémander quelques pièces. C’est terrible de voir ça, mais ils font partis du quotidien des habitants…

5. Le commerçant. Il s’agit du plus gros choc culturel auquel nous avons été confrontés. Ici, absolument tous les vendeurs, du simple commerçant au restaurateur, en passant par le chauffeur puis l’hôtelier, vont tenter de vous arnaquer. Ils n’ont qu’une image en tête en voyant notre peau blanche, celle d’un porte-monnaie sur pattes. En trois semaines, sur toutes les personnes que nous avons rencontrés nous pouvons compter sur les doigts d’UNE seule main celles qui ont été honnêtes envers nous. Le meilleur exemple reste celui de la Guest House à Jaipur, où notre hôte a refusé délibérément notre tips, le mettant autant que moi dans un profond malaise. 

Après avoir vu les 5 points les plus choquants à nos yeux, en analysant d’un peu plus près, plusieurs autres faits nous ont marqué.

6. Le comportement des indiens. Entre eux, pour ceux que l’on a pu côtoyer ou observer, nous les avons trouvés très agressifs lorsqu’ils parlent. Nous avons toujours eu l’impression qu’ils s’agressaient verbalement et jamais nous n’avons entendu le moindre signe de politesse les uns envers les autres.

7. Le crachat. Cette horrible habitude a failli nous rendre fou. Comme les népalais, ils passent leur temps à racler leurs poumons et en cracher ce qui vient… passons.

Les ‘chocs’ positifs ou curieux : 

1. La place des étudiants. En dehors de Delhi, chaque ville offre un privilège aux étudiants, locaux comme étrangers. Ainsi nous avons réalisés de nombreuses économies lors de nos visites de monuments ou de musées.

2. Curieux. Les indiens, locaux ou touristes étaient très curieux vis-à-vis de nous. Nombreux étaient ceux qui voulaient prendre une photo avec nous. De plus, certains me demandaient toujours pourquoi mes joues devenaient rouge ! Cette curiosité était toujours bienveillante et les gens, en particulier les familles, toujours adorables !

3. L’anglais. Que ce soit les hommes, les femmes, les commerçants, les étudiants, et même les enfants, l’anglais est dans les mœurs car tout le monde le pratique très facilement. Néanmoins, l’accent des indiens est difficile à appréhender au début.

4. Le selfie. Le fléau du siècle ! Indiens, népalais, singapouriens, les asiatiques semblent adeptes du selfie. Cette tradition 2.0 devient très vite insupportable. Ils n’hésitent jamais à se prendre dans toutes les positions, n’importe quand et n’importe où : un temple, une scène de crémation ou un panneau publicitaire peut importe, le selfie est de mise !

5. Les camions. Leurs camions sont les plus beaux du monde. Ils seraient pourtant  vieux et banals s’ils n’étaient pas décorés, colorés, peint… Ils apportent presque de la gaité sur les routes.

20181001_121846.jpg
Image poussiéreuse d’un camion cool

6. L’école. Comme en Angleterre, les enfants portent des uniformes pour aller à l’école. La différence tient dans la séparation des genres et ce quelque soit les âges.

7. Le Chaï thé. Composé de thé noir, de lait et d’épices (gingembre, cannelle…) ce délicieux breuvage semble consommé par les habitants à tout instant de la journée. Plusieurs fois en entrant dans des boutiques, nous nous sommes vus offrir un thé de bienvenue, juste comme ça,  »indian hospitality ».

20180922_175000
Deux Chaï servis avec un maximum de sucre !

8. Cha Brûle ! Pour ce qui est du thé, il s’agit sans doute d’une mesure d’hygiène que de faire bouillir à 3000C° leur eau. Certes. Mais pour ce qui est des plats, tout était toujours brulant (nous aurions dû tester Mac Do, pour une fois qu’on y aurait mangé chaud !). Parce que manger chaud c’est bien, mais quand c’est très épicé et qu’il fait 40°C, cela relève d’un effort sur-humain.

20181007_200551
Le Malaï Kofta, un plat type servi bien trop chaud, dégoulinants, épicés mais surtout délicieux

9. Prix cassé. L’Inde est réputé pour être un pays abordable, c’est vrai. On y mange pour pas grand chose, on peut acheter des paquets de biscuits pour 30 centimes… Par contre, l’eau minérale est rare et précieuse, d’ailleurs on en paye le prix et c’est souvent aussi cher que le soda.

Pour terminer sur une note amusante, nous avons observé pour la première fois de notre vie… des dromadaires et des vaches manger sur les mêmes branches d’un arbre. Ca paraît anodin dit comme ça, mais à voir en vrai c’était très rigolo !

Voilà pour nos impressions générales. Si l’on devait faire un bilan global, nous avons autant aimé visiter que détesté la mentalité des commerçants, ce qui nous a un peu dégoutés. De plus, nous ne nous sentions que peu en sécurité en dehors des zones publiques et de jour (impossible de sortir la nuit). C’est finalement le manque de contact authentique avec la population qui nous aura le plus manqué, pour avoir un meilleur aperçu de l’Inde. Car nous sommes bien d’accord pour dire que l’on a adoré visiter le Rajasthan pour ses sites religieux, ses forts, ses villes riches en couleurs et en bâtiments tous plus beaux les uns que les autres. 

Nous quittons alors ce pays un peu fou avec un sentiment mitigé, mais qui restera malgré tout une très bonne expérience.

20181002_180620.jpg
Souvenir d’une sortie dromadesque dans le désert du Thar

A très vite,

Elisa 🙂


3 réflexions sur “L’Inde, un mois après.

  1. oui il faut le voir pour le croire d’après ce que tu dis et des personnes qui y sont aller et même des rats que les gens nourrisent , enfin bon voyage et belles décourvertes , bises a vous deux

    J'aime

  2. tel que tu le racontes ce pays est vraiment surprenant, il y a du bon ét du mauvais. D’après ce que j’ai lu vous y avez eu votre lot d’aventure et je suis contente de te lire maintenant que tu n’y es plus….lol Les photos sont très belles et authentiques.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s