Delhi, une arrivée chaotique

C’est parti pour notre premier grand voyage seuls ! C’est aussi la première fois que nous voyageons de cette manière, uniquement avec nos sacs à dos et nos têtes pleines de rêves. Mais tout ne se passera pas comme prévu initialement.

Ici, je vais essayer de vous faire part d’un grand moment de fatigue qui a fait basculer le cours de notre voyage. Il faut que vous sachiez que retranscrire des émotions est un exercice très difficile. Ainsi soyez indulgent s’il vous plait et essayez de vous mettre dans notre état d’esprit à ce moment là : nous étions épuisés par une journée dans un aéroport et une nuit de vol ainsi qu’assommés dès l’arrivée par le bruit, la foule et la chaleur dans Delhi.

Si en arrivant en Inde, nous avions une idée toute faite du pays, focalisé sur la misère qui y règne, nous n’étions pas préparés à l’idée d’être perçus de véritable portes-monnaie ambulants.

Voici le déroulé d’une journée pas comme les autres 

Il est 9h40 lorsque nous atterrissons à l’aéroport de New Delhi. Dans nos cœurs se mêlent stress, joie et fatigue. Une fois au sol, outre quelques difficultés pour retirer de l’argent, tout se passe comme sur des roulettes, de la douane au métro en passant par les bagages.

Petit aparté. En Inde le métro ne reflète pas du tout la ville : c’est très propre, calme, pratique et sécurisant. Tout à l’inverse du métro parisien.

C’est à la sortie de ce métro que commencent les ennuies. Nous arrivons directement sur une grande avenue, grouillantes de voitures, de camions et de tuk-tuk. Alors que nous pensions rejoindre notre hôtel à pieds, nous nous faisons accoster par plusieurs chauffeurs. Ils repèrent facilement leurs proies, en même temps il n’y a pas plus touristes que nous. Sans même que l’on ne lui demande, un homme se met en tête de nous ‘aider’ et nous accompagne jusqu’à une gare un peu plus loin. Immédiatement après, un autre homme vient à notre rencontre en nous sentant perdu. Très aimable, ce monsieur tente de nous aider et nous indique un chemin (un peu complexe) pour rejoindre la rue de l’hôtel. Cependant, il nous informe que ce dernier se trouve dans une zone infectée par la dengue et comme par hasard, nous ne pouvons pas y accéder sans une autorisation officielle. Ainsi, d’après lui, il vaut mieux que nous prenions un tuk-tuk pour rejoindre l’office du tourisme qu’il nous indique.

RABATTEUR. C’est le nom que porte ces personnes qui embrouillent les touristes naïfs pour les emmener où ils veulent.

Pour la première fois, nous voici alors dans un tuk-tuk. Expérience enrichissante qui nous a autant fait rire que peur puisque l’on a failli se faire compacter entre deux énormes bus et se faire rentrer dedans de plein fouet par un camion.

CACOPHONIE. La suite s’annonce prometteuse dans cette ville de folie.

Nous arrivons enfin dans cet « office de tourisme ». Nous qui pensions seulement obtenir quelques informations sur la ville et l’histoire de la dengue, nous ne sommes pas au bout de nos peines. Le patron de cet office se présente à nous avec un grand sourire et nous offre un thé local, le chaï.

Sa stratégie pour amadouer le touriste commence. Il lui suffit ensuite d’être courtois et de s’intéresser à notre parcours au Rajasthan en nous expliquer la difficulté de joindre une ville à une autre par les transports. De plus, nous avons l’intelligence de lui annoncer qu’il s’agit de notre premier voyage en Inde. Information utile pour nous proposer le plus naturellement du monde, son aide, avec son tour organisé. Ce fameux tour nous facilitant le voyage comprend :

  • Chauffeur pour trois semaines
  • Hôtels réservés avec petit déjeuner compris
  • Safaris & visite du Taj Mahal payés

Ainsi, comme hypnotisés par la manipulation de cet homme, nous ne refusons pas. Il fait mine de nous laisser quelques minutes de réflexion mais en réalité nous aurions eu besoin d’un réel temps pour réfléchir et prendre du recul. Il nous annonce alors que le prix est de seulement 685€ par personne. Autrement dit, le budget que l’on s’était fixé pour deux. Mais notre vigilance et notre bon sens s’étant éclipsés, c’est l’inexpérience qui parlera à notre place.

Ainsi, par ses talents d’orateur et de commercial, cet homme vient de nous extorquer en toute conscience et AVEC notre accord, plusieurs centaines d’euros sans aucunes garanties de sa part. Nous n’avons alors commencé à douter que lorsqu’il nous a fait annuler devant lui toutes nos réservations immédiatement (exceptées deux qui collaient avec le tour).

NAÏVETÉ. Non vous ne rêvez pas, nous venons de céder à la plus grosse arnaque possible et surtout l’une des plus connues, quelques heures seulement après notre arrivée.

La soirée et la nuit qui s’en sont suivies furent psychologiquement terribles. Nous étions mort de fatigue et pourtant nous n’arrêtions pas de cogiter. Le chauffeur allait-il se présenter le lendemain ? Et si oui, n’allait-il pas nous abandonner en slip dans le désert ?

La panique s’est emparée d’Antoine en pleine nuit, nous ne savions pas comment réparer notre bêtise. De plus l’absence d’accès à internet et l’impossibilité de vérifier la fiabilité de cette agence jouera en notre défaveur.

Il était environ 3h du matin et deux options s’offraient à nous : faire opposition de nos cartes bancaires, se débrouiller pour trouver des hôtels et sortir de cette ville au plus vite ou tenter l’aventure avec ce chauffeur en espérant qu’il vienne nous chercher le lendemain et qu’il ne nous arrive rien de pire.

Nous avons opté pour la seconde option, pour deux raisons. D’une part, notre première journée à Delhi fût si éprouvante que nous étions un peu effrayés à l’idée de nous retrouver seuls dans cette grande ville et dans ce pays. D’autre part, nous avons décidé d’assumer notre erreur (qui nous servira de leçon) en sachant que nous étions victime d’une arnaque mais que cela n’irai pas sans doute pas plus loin.

Une premier jour riche en émotions.

Aujourd’hui je pense que nous avons assez de recul pour faire un point sur ce qu’il s’est passé et en faire un bilan.

Des émotions fortes et des réactions incompréhensibles

Honnêtement, nous ne sommes pas en mesure de savoir ce qu’il a bien pu se passer dans nos têtes ce jour là. Nous connaissions pourtant les arnaques des grandes villes, mais cela ne nous a pas empêché de céder si facilement à celle-ci. Pour notre défense, nous pourrions invoquer à la Cour la brutalité de l’arrivée dans Old Delhi, avec de nouvelles odeurs, beaucoup de bruit, des gens par centaines au mètre carré… De plus, nous n’avons eu aucun moment de répit entre l’aéroport et l’agence, pour appréhender la ville. Mais il est vrai que cela n’excuse pas tout, ce jour là nous avons fait preuve d’un cruel manque de discernement face à ce talentueux vendeur escroc.

Les premiers jours ont été difficiles pour nous. Notre chauffeur, Sharma, était distant et avare en informations ce qui nous rendaient nerveux. Face à notre méfiance et notre insistance, il a fini par nous donner les renseignements qu’on lui demandait et l’ambiance s’est radoucie au bout de 3 ou 4 jours. Puis au fil des journées, nous apprécierons un peu plus le voyage en essayant de nous détacher tant bien que mal de nos regrets face à notre bêtise.

Au final, ils ne nous aient jamais rien arrivé de grave, nous n’avons plus subi d’arnaque aussi conséquente et c’est le principal. De plus, notre chauffeur s’est avéré être sympathique, bien plus que certains autres (d’après ce que l’on a entendu).

Une agence pas très clair… Nous avons finalement découvert que l’office de tourisme que l’on nous a vendu comme agréé par le gouvernement n’en était pas un. Un joli mensonge du patron, enrobé par de fausses affiches gouvernementales (Incredible India) dans son magasin. De plus, nous nous sommes rapidement rendu compte qu’il n’était pas si compliqué de voyager en Inde seuls et ce pour moitié moins du prix total (1500€). Ainsi, cette erreur nous a fait payer le prix de la facilité. Nous ne sommes pas prêts d’oublier cette leçon.

Pour nous rassurer nous avons trouvé un point positif à cela : ce tour nous a permis de gagner beaucoup de temps en terme de transport. Nous avons pu visiter énormément de villes et faire des trajets beaucoup plus courts qu’avec les trains. Mais si cela nous a ôté un poids conséquent sur le stress de l’itinéraire, c’est aussi venu limiter notre envie d’aventure.

Le problème n°1 fût sans doute les hôtels. Nous qui avions choisi de jolies petites Guest houses, nous retrouvions dans des hôtels sans charme et touristiques. Le regret fût plus grand encore lorsque nous nous sommes rendu compte de la très bonne qualité des deux Guest houses que nous avions sélectionné et dans lesquelles nous avons dormi.

Le pire fût la déception quant au safari dans le désert du Thar. Nous avons du troquer un tour original, hors des sentier battus, contre le tour touristique et très court de l’agence. L’expérience n’était pas si terrible puisque j’en garde un bon souvenir (voir mon article sur Jaisalmer), mais mon cœur était amer.

L’expérience forge le caractère. Nous avons beaucoup appris de cette expérience et nous sommes désormais armés contre ce type de situation. Nous retiendrons de l’Inde, du moins du Rajasthan, ses magnifiques monuments et paysages. Nous avons été éblouis à chaque visite, bien que cet éblouissement fût ternis par la voracité cupide des personnes travaillant dans le tourisme.


3 réflexions sur “Delhi, une arrivée chaotique

  1. coucou ,comme tu l’explique avec les tuc tuc nous avons eu la meme chose en Thailande avec Rachel , ça fait un peu peur , très bon commentaires Elisa et les photos
    toutes son bien jolies , je vois pas mal de périples mais tout ce termine bien , content pour vous , grosses bises a vous deux , A bientôt ,

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s